Parlons bien, parlons histoire #2 : Théodora, Prostituée et impératrice de Byzance de Virginie Girod

theodora_couvertureByzance, cœur politique de l’Empire romain d’Orient, aux alentours de 525 après JC. L’empereur Justinien épouse Théodora, la fille d’un montreur d’ours de l’hippodrome de Byzance. Comment Théodora, une jeune femme originaire des bas-fonds de l’Empire, s’est-elle hissée à la place d’impératrice ? C’est ce que nous propose d’explorer Virginie Girod avec Théodora, prostituée et impératrice de Byzance*, où l’historienne mène une enquête passionnante à la recherche des traces laissées par cette figure emblématique et pourtant énigmatique de l’histoire de l’empire romain d’Orient.

Dès les premières pages, Virginie Girod nous confronte avec les difficultés du métier d’historien : les sources. En ce qui concerne Théodora, celles-ci sont peu nombreuses et donnent à voir un personnage complexe et clivant. Entre éloge et satire, ces sources ne peuvent être prises au pied de la lettre et nécessitent une analyse minutieuse, ainsi qu’une grande prudence. L’autrice prend le temps d’exposer les éléments, de les contextualiser et de démêler les sources en les confrontant les unes aux autres. Elle n’essaie pas de réhabiliter Théodora, mais d’en proposer un portrait juste qui nous permette de mieux saisir les contours de ce personnage.

Ce qui m’a plu en quelques points :

  • La clarté des propos, qui rend la lecture aisée ;
  • Le travail d’enquête de Virginie Girod ;
  • La pédagogie de l’autrice ;
  • Une plongée au cœur de la Byzance du VIe siècle.

Lire la suite

Publicités

Parlons bien, parlons histoire #1 : Vert, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau

Mon avis en 30 secondes

Couverture_Vert.jpgPour vous, que représente le vert ? L’associez-vous à l’espoir, à l’écologie et à son parti politique, à la nature ou encore au bio ? Comme pour toutes les couleurs, de nombreuses significations sont aujourd’hui associées au vert et celles-ci ont évolué dans le temps. Avec Vert, histoire d’une couleur*, c’est une plongée dans l’évolution du vert et de ses significations à travers les époques que nous propose Michel Pastoureau. En s’appuyant sur de nombreuses sources, il entend nous démontrer qu’une couleur n’est pas qu’une affaire de visuel, mais s’inscrit dans un système de représentations complexes, dépendants de la société, des lieux et de l’époque.

Cet ouvrage est une bonne porte d’entrée dans l’historiographie française pour tous ceux qui souhaiteraient se lancer dans la lecture de ce genre d’ouvrages. Son thème culturel et touchant à un domaine attractif (les symboles et les couleurs), son organisation chronologique, l’écriture agréable de l’auteur et les nombreux exemples qui le parcourent en font un ouvrage très accessible et pédagogique, que je ne saurais que trop vous conseiller.

Lire la suite