Parlons bien, parlons histoire : Vert, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau

Mon avis en 30 secondes

Couverture_Vert.jpgPour vous, que représente le vert ? L’associez-vous à l’espoir, à l’écologie et à son parti politique, à la nature ou encore au bio ? Comme pour toutes les couleurs, de nombreuses significations sont aujourd’hui associées au vert et celles-ci ont évolué dans le temps. Avec Vert, histoire d’une couleur*, c’est une plongée dans l’évolution du vert et de ses significations à travers les époques que nous propose Michel Pastoureau. En s’appuyant sur de nombreuses sources, il entend nous démontrer qu’une couleur n’est pas qu’une affaire de visuel, mais s’inscrit dans un système de représentations complexes, dépendants de la société, des lieux et de l’époque.

Cet ouvrage est une bonne porte d’entrée dans l’historiographie française pour tous ceux qui souhaiteraient se lancer dans la lecture de ce genre d’ouvrages. Son thème culturel et touchant à un domaine attractif (les symboles et les couleurs), son organisation chronologique, l’écriture agréable de l’auteur et les nombreux exemples qui le parcourent en font un ouvrage très accessible et pédagogique, que je ne saurais que trop vous conseiller.

Lire la suite

Publicités

La comédie romantique, un genre antiféministe ?

Mon avis en 30 secondes

Les romans de style comédie romantique sont des romans écrits par des femmes, pour des femmes et sur des femmes. Largement remis en cause par les critiques, en raison des nombreux préjugés sur les femmes qu’il véhiculerait, ce style fait débat. J’ai été une assez grande lectrice de ce genre pendant mon adolescence et pour être honnête, j’ai bien aimé mes lectures. Introspection oblige, je me suis donc demandé si j’étais vraiment bizarre d’aimer des romans qui seraient aussi dégradants pour l’image de la femme ou si je les avais interprétés d’une autre manière. Et c’est ce que je vais essayer de vous démontrer dans la suite de ce billet.

Lire la suite

Pour une bouffée d’air frais, lisez Lou !

Mon avis en 30 secondes

Lou_tome1Lou ! est une bande-dessinée éponyme de 7 tomes, au cours de laquelle nous suivons les aventures de Lou, une jeune fille, vivant seule avec sa mère et leur chat dans un appartement en banlieue d’une grande ville. Lou a 12 ans dans le premier tome, 13 dans le deuxième, etc. Bref, vous avez compris le truc, nous la suivons année après année. J’avais à peu près le même âge que Lou dans le tome 1, lorsque que j’ai découvert cette série. J’ai eu un immense coup de cœur et on peut dire que cela fait partie des lectures avec lesquelles j’ai grandies.

Lire la suite

Première rencontre avec la SF: Ubik de Philip K. Dick

Mon avis en 30 secondes

Quand j’ai commencé à lire Ubik, je ne m’attendais pas du tout à ça. Ça a été une expérience éprouvante, puisque je me suis quand même pas mal torturée les neurones, mais je vous le recommande vivement. C’est un roman qui vous retournera le cerveau, qui vous fera réfléchir sur la vie et le sens qu’on peut lui attribuer. Vous serez probablement vidés par votre lecture, perplexes et vous essaierez vainement de lui donner un sens, sans être vraiment sûr que ce soit le bon…

Lire la suite

Ma lecture nuancée d’Outlander

Mon avis en 30 secondes

Si vous aimez les grandes sagas familiales, où l’histoire se poursuit sur plusieurs générations, les romans historiques ou les romances avec une petite touche de surnaturelle, Outlander est fait pour vous ! Je pense que si Outlander a eu un si grand succès, c’est bien entendu en raison de la série télévisée qui l’a popularisé, mais aussi en raison de cette grande diversité des thèmes abordés. Tout le monde peut s’y retrouver. Outlander est d’ailleurs un roman difficile à classer et en cela il est un cas littéraire et éditorial intéressant : est-ce un roman historique ? Est-ce une romance ? Les librairies elles-mêmes semblent avoir des difficultés à le classer : d’une librairie à une autre, il n’est jamais rangé dans le même rayon !

Pourtant, Outlander fait partie de ces sagas très clivantes : soit on aime, soit on déteste. Je fais plutôt partie de la première catégorie. Je prends en effet beaucoup de plaisir à lire chaque roman, à me replonger dans l’univers et à retrouver des personnages, que j’ai l’impression de connaître comme s’ils étaient des amis proches. Toutefois, je ne me qualifierai peut-être pas de fan absolue de la saga, dans la mesure où certains tomes ont parfois été difficiles à avaler…

Lire la suite

Printemps du livre de Grenoble / Lecture d’Anne-Laure Bondoux

25 mars 2018, 17h, musée des arts de Grenoble. J’arrive, pile à l’heure, dans une petite salle, bondée. Toutes les chaises sont prises, des gens assis par terre et d’autres debout, adossés aux murs. J’arrive à me trouver une petite place contre un mur et je me mets à écouter. Les voix d’Anne-Laure Bondoux et de sa fille résonnent dans la pièce. Elles sont en train de lire, et pas n’importe quel livre : L’Aube sera grandiose, le dernier livre d’Anne-Laure Bondoux. Au bout d’un quart d’heure, j’ai mal au dos, mais je m’en fiche. Je suis captivée par ce que je suis en train d’écouter.

Lire la suite

Ma passion pour Racine ou pourquoi je n’ai pas aimé Titus n’aimait pas Bérénice

Mon avis en 30 secondes

Titus-n-aimait-pas-Berenice

Grande admiratrice des tragédies de Racine, c’est avec joie que je m’étais tournée vers Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai. À la fois une réécriture de Bérénice et une biographie romancée de la vie de Racine, sur le papier, ce roman avait tout pour me plaire. Les cents premières pages sont agréables à lire, on suit la jeunesse de Racine et ses débuts à Paris. L’écriture est rythmée et les pages défilent vite. Pourtant, lorsqu’on arrive au coeur du roman et aux représentations des pièces les plus célèbres de Racine, l’auteure fait des raccourcis surprenants et proposent des interprétations qui m’ont déroutées. De plus, si au début, le rythme est plutôt lent, par la suite les évènements s’accélèrent, alors que l’auteure aborde le coeur de l’oeuvre de Racine. Cette différence de rythme est peut-être une manière de représenter la quiétude du monastère où a grandi Racine et le dynamisme de sa vie parisienne. Pourtant, tout cela mis ensemble m’a laissé un sentiment d’amertume à la fin de ma lecture, et une pointe de déception.

Lire la suite